Nos valeurs

 

Le Réseau Cocagne

Notre Jardin de Cocagne est membre du Réseau Cocagne qui regroupe plus d’une centaine de Jardins de Cocagne sur le territoire national. Se basant sur le cahier des charges de l’agriculture biologique et à vocation d’insertion sociale et professionnelle, notre exploitation maraîchère intègre les quatre points de la Charte nationale des Jardins de Cocagne :

  • Lutter contre les exclusions et la précarité en mobilisant les conditions d’un retour à l’emploi durable de femmes et des hommes en difficultés sociales et professionnelles, au moyen d’une activité valorisante ;
  • Produire des légumes dans le respect du cahier des charges de l’Agriculture Biologique ;
  • Commercialiser la production en priorité auprès d’un réseau d’adhérents-consommateurs ;
  • Intégrer et collaborer avec le secteur professionnel agricole local.

La force des Jardins de Cocagne est de participer à une dynamique de réseau national, et de contribuer ainsi à la mutualisation permanente en partageant acquis, expériences et outils.

L'Economie Sociale et Solidaire

L’association SAVA (Section d’Aménagement Végétal d’Alsace) porteuse du Jardin de Cocagne Les Jardins du Giessen est une association Loi 1901 à but non lucratif créée en 2009 sur la commune de Châtenois.

La SAVA regroupe plusieurs domaines d’activités :
– l’Entretien des Espaces Naturels et Ruraux (EENR) : activité lancée en 1986
– le maraîchage biologique avec Les Jardins du Giessen: activité lancée en 2009

Les Jardins du Giessen emploient environ 30 salariés en parcours d’insertion et comptent plus de  200 abonnés-consom’acteurs

Conventionnement Atelier et Chantier d'Insertion

Notre Jardin de Cocagne accueille, en contrat à durée déterminé d’insertion (CDDI)  renouvelable pour une période maximale de 2 ans, des femmes et des hommes de tout âge et de tout horizon, en situation précaire et rencontrant des difficultés d’ordre professionnel, social ou personnel.

A travers la production de légumes biologiques, distribués sous forme de paniers hebdomadaires à des abonnés-consommateurs, notre Jardin permet à ces personnes de retrouver un emploi et de (re)construire un projet professionnel et personnel.

Ces ouvriers-ères maraîchers-ères, ou jardiniers-ères, interviennent à différents postes :

  • production de plants
  • préparation et cultures sous serres et « plein champ »
  • récolte
  • préparation des paniers de légumes
  • préparation de commandes
  • livraison
  • vente sur marchés
  • entretien des locaux et du matériel,
  • secrétariat

Durant leur contrat de travail, les Jardiniers-ères bénéficient d’un accompagnement socio-professionnel délivré par l’équipe de professionnels du Jardin, encadrant-maraîchers et accompagnateurs socioprofessionnels.

A l’issue de leur parcours d’insertion, la plupart des situations ont évoluées positivement que ce soit d’un point de vue professionnel (acquisition de nouvelles compétences, définition d’un projet professionnel, formations, …) ou personnel (stabilisation ou résolution de problématiques sociales liées au logement, au budget, à la santé…).

Pour certains Jardiniers-ères, la fin du parcours est synonyme  d’accès à l’emploi ou d’entrée en formation qualifiante.

La mission du Jardin de Cocagne n’est pas de former spécifiquement au maraîchage. Le maraîchage biologique est utilisé en tant que support pédagogique et de remobilisation pour des personnes éloignées de l’emploi.

Pendant leur contrat, les Jardiniers en parcours d’insertion acquièrent ou révèlent des compétences transférables à d’autres domaines d’activité, notamment dans les secteurs dits porteurs ou en tension : bâtiment, restauration, grande distribution, etc. et qu’il s’agit de repérer afin de les valoriser et faciliter l’orientation de la personne.

Un accompagnement socioprofessionnel tout au long du parcours

Les problèmes personnels représentent un des premiers freins à l’emploi. Parvenir à les identifier chez les personnes accueillies par les Jardins et évaluer régulièrement leur niveau de résolution permet une meilleure prise en compte de cette dimension sociale dans le travail.

Le Plan de Cohésion Sociale impose aux employeurs de personnes en insertion la mise en oeuvre d’un accompagnement social et professionnel ainsi que la délivrance d’une attestation de compétences.

Avant tout fondé sur une relation interpersonnelle, de confiance, entre l’accompagnateur-trice et la personne en parcours d’insertion, cet accompagnement est renforcé par des outils d’évaluation aidant à la construction du projet professionnel de la personne accompagnée.